"L'impression d'être dans un accident de voiture constant."

"Il y a une ambiance, quelque chose de nouveau, de notre génération (j'ai 17 ans). Je ne trouve cela nulle part ailleurs, tout est nouveau."

"I arrived at the Rave early in the morning. As I enter in the first room -the chill out room- I see in the passage way, 2 girls lying on the carpet floor. They are holding each other profoundly asleep. They each have a pacifier in their mouth. They look like 2 kittens, like one body. It's very interesting to see how people are moving around them. Everybody walks by with care and although they are in an "inappropriate" place and very vulnerable, everybody pays attention and is careful not to intrude on them, as if they feel they are part of their space."

"It's not cool to see young people do all these drugs. They do that too much. People should go out for the music, even if you can't dance for 12 hours if you're straight."

"Dans les raves, je n'ai jamais vu autant d'hommes hétérosexuels se libérer des modèles auxquels ils sont généralement confinés. Les hommes se laissent aller, se touchent, se font des confidences, libérés de leur orgueil masculin habituel..."

"In a rave, I have never seen so many heterosexual men free themselves from the straitjacket of social models. Men let themselves go, touch each other, confide in each other, all the masculine pride washed away."

"Me défouler, me déguiser, communiquer, m'aimer et aimer, philosopher, exacerber".

"Dans un Rave il y a une énergie de guérison (healing) extrêmement présente. Cette énergie est tournée vers l'enfance, vers une partie de soi qui sait les choses instinctivement. Le plaisir d'être dans cette énergie est communicative et contagieuse. Depuis 3 ans, j'ai appris développer une relation de plaisir avec moi-même. Je me sens plus sécure. J'ai le sentiment d'avoir souvent touché ce qu'est la grâce."

La Nuit de la Photo au SONA:
"Nous avons trouvé cette soirée contagieuse, "dangeureusement plaisante", comme disait une fille de notre équipe. Pour ma part, j'ai été étonnée de constater a quel point cette musique est harmonieuse, intéressante à écouter à cause des multiples nuances de sonorité. Des bruits qu'on reconnaît, du mouvement dans ces bruits-mêmes."

21 sept. 97
Subject: Ecstasy, rave et SIDA: interaction fatale
Bonjour,
J'ai pris connaissance avec grand intérêt votre Rituel festif sur le web. J'ai eu aussi l'occasion d'entrendre Caroline Hayeur en parler lors d'une entrevue à Indicatif Présent.
Je ne vous écrit pas pour me prononcer sur la culture RAVE, ni pour commenter votre oeuvre, mais bien pour vous parler d'une dimension plus terre à terre qui concerne la santé de certains ravers: ceux qui sont porteurs du VIH. Dans les quelques lignes qui suivent, vous trouverez un article que j'ai publié sur le site Internet appelé "Le Village Aidsida" sur l'impact de l'Ecstasy sur la santé, plus particulièrement en ce qui concernent les personnes qui prennent des médicaments contre leSIDA.
Voici cet article: CLIK HERE

30 sept. 97
La première fois que je suis allée raver, j'ai eu l'impression d'être balancée sur une autre planète; les raves ont élargis mon horizon !
=)